LEVOTHYROX : LES PREMIERS RESULTATS DE L’ENQUETE DE PHARMACOVIGILANCE SONT PUBLIES

-

L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) publie ce jour les premiers résultats de l’enquête de pharmacovigilance initiée dès la mise sur le marché de la nouvelle formule de Levothyrox.

​​​​​​​Cette enquête vise à analyser les signalements des effets indésirables rapportés par des patients à l'occasion des 14 633 signalements reçus par les centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV).

Cette publication est l’occasion de faire un point d’actualité sur cette affaire qui fait figure de nouveau scandale sanitaire, après l’affaire du Médiator.

Le laboratoire MERCK a réalisé, à la demande de l’ANSM, une modification de la formule de Lévothyrox.

Fin mars 2017, une nouvelle formule de levothyrox est entrée sur le marché pharmaceutique français.

En accord avec l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM), le laboratoire MERCK indiquait que "la nouvelle formule se caractérise par une amélioration de la stabilité en substance active durant toute la durée de conservation du produit et par la suppression d'un excipient à effet notoire, le lactose".

L’ANSM avait indiqué que « la substance active reste la même », que « ces modifications ne changent ni l’efficacité ni le profil de tolérance du médicament » et « aucun changement lié à la modification de la formule n’est attendu pour les patients »

Toutefois, elle avait indiqué que « l’équilibre thyroïdien du patient peut être sensible à de très faibles variations de dose » [1].

 Il était donc recommandé de surveiller l'équilibre thérapeutique chez les patients à risque (patients traités pour un cancer de la thyroïde mais qui présentent également une maladie cardiovasculaire (insuffisance cardiaque ou coronarienne et/ou des troubles du rythme), les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées ; et dans certaines situations pour lesquelles l’équilibre thérapeutique a été particulièrement difficile à atteindre). Le maintien de cet équilibre doit être vérifié par une évaluation clinique et biologique (contrôle du TSH) [2].

Dans les mois qui ont suivi la mise sur le marché de la nouvelle formule, de nombreux patients se sont plaints d’effets indésirables.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés sont : fatigue, maux de tête, insomnie, douleurs articulaires et musculaires, chute de cheveux, des effets déjà connus sous l’ancienne formule.

Certains patients font état d’un déséquilibre thyroïdien (hypo ou hyperthyroïdie).

Diversification de l’offre de spécialités à base de lévothyroxine[3].

Le 2 octobre 2017, le médicament Euthyrox, équivalent à l’ancienne formule de Lévothyrox, a temporairement été remis sur le marché. Seules les prescriptions établies après le 14 septembre 2017 et mentionnant explicitement la spécialité pharmaceutique Euthyrox pourront donner lieu à sa délivrance en pharmacie.

Les quantités importées et les prescriptions sont limitées (prescriptions en dernier recours et pour le renouvellement de patients déjà traités).

La L-Thyroxine Serb, médicament commercialisé en France depuis 2008, est également présenté comme une alternative thérapeutique pour certains patients.

Un autre médicament sera prochainement mis à disposition des patients au mois de novembre.

Signalements des effets indésirables aux CRPV

A ce jour, 14 633 signalements ont été reçus par les CRPV. Parmi ces signalements, 5 062 ont été enregistrés prioritairement dans la base nationale de pharmacovigilance (BNPV), étant recensés comme des cas graves (patients ayant démontré que les effets indésirables ont eu des conséquences sur la vie familiale, professionnelle et sociale).

Résultats de l’enquête[4]

L’enquête de pharmacovigilance a été initiée par l’ANSM dès la mise sur le marché de la nouvelle formule afin d’analyser les signalements d’effets indésirables rapportés. Elle couvre la période allant de fin mars au 15 septembre 2017.

Les premiers résultats de l’enquête ont été présentés lors du Comité technique de pharmacovigilance (CTPV) du 10 octobre 2017.

Elle confirme « la survenue de déséquilibres thyroïdiens pour certains patients lors du passage de Levothyrox ancienne formule à Levothyrox nouvelle formule ».

L’ANSM précise « tout changement de spécialité ou de formule peut modifier l’équilibre hormonal et nécessiter un réajustement du dosage qui peut nécessiter un certain délai. Tous les effets indésirables témoignent d’un déséquilibre thyroïdien en lien avec le changement de traitement ; aucun effet indésirable d’un type nouveau, qui serait spécifique de la seule nouvelle formule, n’a été retrouvé ».

En résumé, les effets indésirables et le déséquilibre thyroïdien résultant de la prise de Levothyrox nouvelle formule seraient dûs, d’après cette enquête, au changement de traitement et non à la modification de la formule elle-même.

L’enquête de pharmacovigilance se poursuit et s’élargit aux autres médicaments à base de levothyroxine.

Le CTPV souhaite la mise en place d’un groupe de travail constitué de professionnels de santé, pharmacovigilants et patients afin de poursuivre les investigations.

En parallèle, l’ANSM a lancé une étude de pharmacoépidémiologie pour étudier les effets du changement de formule sur l’ensemble des patients traités.

Enquête préliminaire

Suite à de multiples plaintes de patients dénonçant les effets secondaires liés à la prise du Levothyrox nouvelle formule, le Parquet de Marseille a ouvert une enquête préliminaire des chefs de tromperie aggravée, atteinte involontaire à l’intégrité d’autrui et mise en danger de la vie d’autrui.

L’affaire est confiée au pôle de santé publique de Marseille du Tribunal de grande instance de Marseille. Le laboratoire MERCK, dont le siège français se situe à Lyon, se situe dans le ressort de compétence du pôle de santé publique de Marseille.

Il s'agit d'une juridiction spécialisée en matière d'infractions sanitaires ayant une compétence à vocation interrégionale.

Le but de cette enquête est de déterminer dans un premier temps les conditions dans lesquelles le Lévothyrox a été mis sur le marché.

A l'issue de cette enquête, le Procureur peut décider :

  • de classer l'affaire sans suite;
  • de solliciter l'ouverture d'une information judiciaire en vue de poursuivre les investigations ;
  • de poursuivre les personnes mises en cause s'il existe des éléments à charges suffisants.

Le pôle de santé publique met à disposition du public un formulaire afin de faciliter le recueil des plaintes déposées par les "victimes du changement de formule".

Il s'adresse donc aux personnes qui souhaitent déposer plainte auprès du Procureur de la République de Marseille.

Il est accessible sur le site de la Cour d'Appel d'Aix-en-Provence.

Indemnisation des victimes du Levothyrox

Indépendamment de l'enquête préliminaire en cours et du grief du défaut d'information des pouvoirs publics, la question qui se pose dans cette affaire est de savoir si les effets secondaires sont liés au changement de formule et à une défectuosité du produit, en l'occurrence de la nouvelle formule du Levothyrox.

La polémique autour de la nouvelle formule du Levothyrox n'a pas fini de s'éteindre sous le poids de la pression médiatique et le lobbying de plusieurs collectifs.

Cependant, à mon sens, seule une enquête de pharmacovigilance, ordonnée dans un cadre judiciaire, serait de nature à déterminer de manière objective si les effets indésirables résultant de la prise de Levothyrox, nouvelle formule, sont dûs à la modification de la formule.

Il serait certainement opportun de comparer les résultats avec ceux récemment publiés par l'ANSM, dont le rapport tend à considérer que "les effets indésirables témoignent d'un déséquilibre thyroïdien en lien avec le changement de traitement".

Par ailleurs, l'existence de séquelles indemnisables liées à la prise du médicament s'apprécie de manière casuelle, au regard de la situation propre à chaque victime.

J’ai récemment été sollicitée par des patients dénonçant les effets indésirables liés à la prise du Levothyrox nouvelle formule et souffrant vraisemblablement d’un déséquilibre thyroïdien.

J'ai ainsi pu constater une diversité dans la situation des plaignants. Selon les personnes, les effets secondaires ont un caractère plus ou moins invalidant.

Chez certaines personnes, ces effets secondaires ont eu des répercussions sur leur vie professionnelle puisqu'elles ont été contraintes d'interrompre ou d'aménager leur activité. Pour d'autres personnes, les effets secondaires n'ont été que temporaires.

Il en résulte que l'existence d'effets secondaires ne signifie pas nécessairement que les victimes seront en mesure d'établir un préjudice indemnisable (il faut établir les effets secondaires, certes, mais également l'état séquellaire en lien avec la prise du médicament et une ITT conformément à la nomenclature Dintilhac).

Il n'est pas exclu que les prédispositions de la victime aient eu une incidence sur l'apparition d'effets secondaires suite au changement de traitement.

Certaines personnes ont décidé d'arrêter la prise du Levothyrox nouvelle formule dans l'espoir d'un retour à la délivrance de l'ancienne formule ou de s'approvisionner dans d'autres pays de l'union européenne (Italie, Allemagne, Espagne).

En tout état de cause, il est primordial de bien constituer son dossier :

  • Certificat médical établi par le médecin traitant ou en charge du suivi du patient ;
  • Ordonnances de Levothyrox nominatives ;
  • Les résultats d'analyse de biologie médicale de l'année 2017 avec la mesure du taux du TSH permettant de vérifier l'équilibre thérapeutique du patient avant et après changement de formule ;
  • Les n° de Lots des médicaments consommés ;
  • Tout élément attestant des répercussions sur la vie sociale, familiale ou professionnelle à la suite de l'apparition des effets indésirables liées à la prise du Levothyrox nouvelle formule


NOTES

[1] Communiqué ANSM 2 mars 2017 Levothyrox : changement de formule et de couleur de boites – Point d’information

[2] Communiqué ANSM du 27 février 2017 LEVOTHYROX comprimés sécables nouvelle formule : suivi des patients à risque pendant la période de transition.

[3] Communiqué Ministère des Solidarités et De la Santé du 15 septembre 2017, Agnès Buzyn annonce la diversification de l’offre de médicaments pour les patients atteints de troubles thyroïdiens.

[4] http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Point-d-actualite-sur-le-Levothyrox-et-les-autres-medicaments-a-base-de-levothyroxine-Communique